Art, industrie et marketing : ingrédients du renouveau de l’horlogerie suisse

Comment l’horlogerie suisse, leader mondial des montres de haut de gamme, a-t-elle surmonté la « crise du quartz » des années 1970 qui avait ringardisé les montres mécaniques? Grâce à un habile mélange de savoir-faire, d’art, d’industrialisation et de marketing, cette industrie qui a failli mourir est repartie de plus belle en se positionnant beaucoup plus haut de gamme que la concurrence grâce à des stratégies d’innovation et de différenciation. Il est intéressant de voir comment les marques à succès continuent à innover en apportant des émotions mécaniques et esthétiques à leurs clients, en puisant leur inspiration à la fois dans le patrimoine et les nouvelles technologies, pour intégrer diverses formes d’art dans les montres, avant de les produire et de les vendre.

Il apparaît que la renaissance de l’horlogerie suisse, depuis le début du 21ème siècle, est le résultat d’un bon mélange d’art infusé dans la mécanique, incluant le savoir-faire des boîtes à musique et des automates apparus au 18ème siècle, plus une solide  base industrielle qui s’appuie sur la microtechnique et les nouveaux matériaux depuis le milieu du 20ème siècle. De plus, les stratégies marketing de différenciation et d’innovation misant sur la rareté et les séries limitées du luxe et de la Haute horlogerie renforcent encore le positionnement et la désirabilité de nombreuses marques et modèles.

Source: Proceedings of the 19th International Conference Marketing Trends, Paris

Link : http://archives.marketing-trends-congress.com/2020/pages/PDF/008.pdf