La formation technique est-elle toujours performante en Suisse ?

La qualité de la formation professionnelle est une des forces traditionnelles sur laquelle l’industrie suisse s’appuie pour rester compétitive sur le plan international. Est-ce fondé ? Pouvons-nous nous contenter de nous appuyer uniquement sur les écoles pour assurer notre futur ? Les entreprises ne devraient-elles pas prendre en main une partie de leur destin ?

Notre tissu industriel est essentiellement composé de PME. Cela signifie que la plupart des personnes occupe un poste qui n’existe qu’à un seul exemplaire dans l’entreprise. Il n’y a pas de doublure, chacun constitue un maillon de la chaîne qui fait la force de l’entreprise. Sa résistance est celle du maillon le plus faible. Nos entreprises sont donc par essence assez fragiles et chaque personne doit être suffisamment polyvalente pour qu’il n’y ait jamais de maillon faible effectif. C’est un modèle qui a bien fonctionné, même s’il ne correspond à aucune structure décrite dans les livres et à l’heure où la flexibilité est devenue le facteur qui permet de faire la différence par rapport aux entreprises traditionnelles, il n’y a aucune raison de douter que ce modèle subsistera à l’avenir. Nous sommes nombreux à le penser, mais alors que devons-nous faire pour rester à la pointe dans ce domaine et conserver notre compétitivité ?

Découvrez les réponses à ces questions sur votre accès direct au savoir-faire horloger, la BD Chrono de la SSC : http://bdchrono.ssc.ch/.

Article complet: Jacques Jacot, Vice-président du Pôle horloger, Bulletin SSC No  81, page 15

Nos prochaines manifestations

Aucune actualité disponible.

L'application SSC

Suivez en direct les actualités de notre société sur votre smartphone. Recevez en exclusivité les informations importantes grâce à la notification intégrée.

  • Télécharger notre application sur l'App Store
  • Télécharger notre application sur Google Play