L’horlogerie 4.0, la nouvelle révolution

Les développements technologiques touchent fortement l’industrie horlogère. Des spécialistes se sont penchés sur leur impact dans le monde de la montre.

Vous aimez être connecté et ne quittez plus votre iPhone, faites presque tout avec? Vous vivez à l’ère de la numérisation et de la digitalisation. Le monde professionnel s’adapte à cette tendance, nette tant elle est évidente.

L’horlogerie suit le mouvement. Pour elle aussi a sonné l’heure de se caler sur les aspirations de ses clients à vivre une connexion virtuelle totale avec l’univers qui les entoure. Elle s’est donc entre autres mise à élaborer des montres connectées.

Qui n’a pas entendu parler de la montre Apple Watch Series 3? Le module GSM est à l’intérieur. Plus besoin d’un téléphone, pour être branché.

Bienvenue dans ce que les initiés appellent la 4e révolution horlogère, ou l’horlogerie 4.0. L’horloger 3.0 travaille avec des outils informatiques et non plus de manière manuelle pour développer des plans. Celui 2.0 s’ancre dans la manière de faire du début du 20e siècle, lorsque les établisseurs devenaient des fabriques. Lors de ce virage, amorcé à la fin du 19e, on prenait conscience de la concurrence horlogère des Américains qui s’industrialisaient. Alors qu’en Suisse on n’était que des paysans horlogers, donc au degré 1.0.

Des gagnants et des perdants

La nouvelle vague du 4.0, est-elle une chance ou un danger pour l’industrie horlogère de l’Arc jurassien? Que signifie-t-elle pour ses employés? Sont-ils prêts? Assez formés? Assez qualifiés? Réussiront-ils tous à monter dans le train? La digitalisation et la robotisation en laisseront-elles beaucoup sur le carreau?

Au niveau macro-économique, selon plusieurs études, le risque est d’avoir de plus en plus besoin de qualifications superpointues d’un côté, et très basses de l’autre. Entre eux, progressivement, pourrait se creuser un fossé. Nous assisterions alors à une polarisation, tant au niveau des formations qu’au niveau des emplois. En résumé, le risque est qu’il y ait les gagnants et les perdants. Dans l’industrie en général, les emplois les moins qualifiés seront en effet les plus menacés. A ce stade, il faut toutefois attirer l’attention sur le fait qu’entre les métiers en péril et ceux qui se développeront, le résultat est au final positif. Selon les prospections, on sera loin de la destruction d’emplois.

Le 4.0 inscrit dans l’automatisation du luxe horloger

On parle beaucoup de la révolution 4.0. On y inclut tout un processus d’industrialisation. Mais ce dernier n’est pas nouveau. Il s’inscrit dans l’automatisation du secteur du luxe horloger, qui s’est intensifiée durant ces 25 dernières années. La révolution 4.0 n’a pas encore vraiment eu lieu dans l’horlogerie. Elle est plus ou moins en train d’être mise en place, mais pas pour toutes les marques, pas pour toutes les gammes de produits et pas de la même façon.

La polarisation des emplois inquiète en effet les gens qui œuvrent à la production. On ne pensait pas que ce phénomène toucherait l’horlogerie, secteur à forte valeur ajoutée. Sans être en lien direct avec le processus de numérisation, en réalité cette polarisation a déjà lieu depuis un moment. On voit bien désormais que le luxe n’est pas une niche qui préserverait l’artisanat de l’industrialisation, bien au contraire. Il faut pourtant éviter de diaboliser ce cours des choses. Alors qu’on a automatisé à tous crins le monde du luxe entre 1995 et 2015, on a gagné dans cette industrie des emplois pour près de 20 000 personnes en Suisse, en passant de 35 000 à 55 000 postes créés. Mais il s’agit d’un cas particulier, lié au fait que l’horlogerie suisse est devenue, au cours des mêmes années, une industrie concentrée dans le haut de gamme, remportant un succès mondial.

Source : SSC, sur la base d’un article dans Arcinfo

Nos prochaines manifestations

Affiche JE2021
  • 28.09.2021 - SwissTech Convention Center, Lausanne et en ligne

JE2021 De nouvelles complications dans le monde horloger?

L'application SSC

Suivez en direct les actualités de notre société sur votre smartphone. Recevez en exclusivité les informations importantes grâce à la notification intégrée.

  • Télécharger notre application sur l'App Store
  • Télécharger notre application sur Google Play